fbpx
ÊTRE PROPRIÉTAIRE AVANT 30 ANS, C'EST POSSIBLE

ÊTRE PROPRIÉTAIRE AVANT 30 ANS, C’EST POSSIBLE

Fini le temps où les seniors étaient la part de la population majoritairement propriétaire ! Selon une récente étude de l’Insee, les jeunes de moins de quarante ans représentent 55 % des propriétaires dans l’Hexagone. Un pourcentage qui a évolué progressivement entre 2010 et 2019. À contrario, les personnes âgées de plus de 50 ans sont moins nombreuses à être propriétaires de leur résidence principale.

  • Une fois que l’on clique sur l’encadré : page hébergeant l’article ci-dessous : 

Être propriétaire avant 30 ans, c’est possible !

 Fini le temps où les seniors étaient la part de la population majoritairement propriétaire ! Selon une récente étude de l’Insee, les jeunes de moins de quarante ans représentent 55 % des propriétaires dans l’Hexagone. Un pourcentage qui a évolué progressivement entre 2010 et 2018. A contrario, les personnes âgées de plus de 50 ans sont moins nombreuses à être propriétaires de leur résidence principale. 

Les jeunes sont de plus en plus nombreux à posséder un bien immobilier ! C’est le constat qui ressort de l’étude récemment publiée par l’Insee (Institut national des statistiques et des études économiques) ! En effet, la part des propriétaires âgés de 18 à 30 ans a augmenté de 6,4 % pour atteindre les 23,2 %. En ce qui concerne les trentenaires, ils sont dorénavant 55 % à être propriétaires de leur résidence principale, ce qui traduit une hausse de 4,7 % entre 2010 et 2018. 

En revanche, chez les seniors la tendance semble s’inverser. Si les sexagénaires restent majoritaires (65,2 % de propriétaires), la détention immobilière pour cette tranche d’âge recule de 7,4 % sur la même période. Pour ce qui est des quinquagénaires, elle baisse de 6,8 % pour atteindre 61,2 %. 

La principale raison de l’inversion des tendances ? Des conditions d’emprunt particulièrement favorables aux jeunes actifs. Les taux d’intérêt, particulièrement bas sur le marché ces dernières années, ont favorisé l’arrivée massive des primo-accédants sur le plan de la détention immobilière. La mise en place ainsi que la prolongation du dispositif du prêt à taux zéro a largement contribué à encourager les jeunes à franchir le pas et à devenir propriétaire de leur résidence principale. Les banques ont appliqué des politiques plus souples en matière d’octroi en proposant par exemple des durées de remboursements plus longues pour les jeunes emprunteurs. Pour ce qui est de l’apport personnel, là encore les établissements de crédit ont revu leurs exigences et les montants acceptés sont plus bas que ces dernières années.

Néanmoins, les couples, les personnes détenant un CDI et celles présentant une gestion saine de leurs finances personnelles restent les meilleurs candidats pour s’assurer l’obtention d’un crédit immobilier. 

De façon générale, les ménages français sont depuis longtemps attachés à l’idée d’être propriétaires de leur résidence principale. Actuellement, 58 % de la population de l’Hexagone possèdent un appartement ou une maison. Un pourcentage en constante augmentation depuis les années 1980 et qui a connu un pic durant les années 2010. Les propriétaires en France, toutes tranches d’âge et catégorie socioprofessionnelle confondues, représentent donc pas moins de six ménages sur dix en 2018. Cette année, l’Insee constate que la tendance est davantage à la stabilité. En ce qui concerne les catégories socioprofessionnelles, ce sont les agriculteurs qui constituent le nombre le plus important de propriétaires en France. En seconde position, on trouve les cadres, les chefs d’entreprise, les artisans et les commerçants. Viennent ensuite les ouvriers et les employés. 

Leave your comment
Comment
Name
Email